Un itinéraire spirituel : l'enfouissement dans les bidonvilles

Devant plus de 500 personnes à Saint Affrique

« Le reste du temps, information et mobilisation pour ne pas dire prédication :

de Remiremont à Montpellier, de Calais à Brest, de Dijon à Laval, avec ou sans le film d’Aldo Francia "Ya no basta con rezar" ("Il ne suffit plus de prier"), j’ai animé de très nombreux débats et réunions.

​Des salles souvent pleines, ardentes et des journalistes avides d’interviews. En Aveyron, plus abasourdies que persuadées, les assistances ne pouvaient ni répudier ni approuver l’enfant du pays.

​A Rodez, à la Maison des Jeunes, papa était au premier rang à gauche. Marchant de long en large, j’étais comme un acteur sur scène avec un discours et des gestes dont j’avais déjà testé l’efficacité. Il vint aussi à Saint Afrique au Familial. Cinq cents personnes m’y attendaient.

​Le parti communiste de Millau me trouva trop gauchiste, le fit savoir dans la presse locale et me dénonça à sa direction parisienne ».

In «J'étais prêtre... » P.230.