Un itinéraire spirituel : la montée vers l'autel

Un inceste sacré.

Ordonné prêtre en 1926, Jean Puech (1905 – 1980) est un frère de la maman de Charles Condamines.

« Dans le Rouergue de mon enfance, un pasteur soucieux d’assurer la relève devait donc passer en revue les aptitudes à la maternité sacerdotale de chacune de ses paroissiennes. Mais sa propre famille était souvent son terrain de chasse préféré. Parce qu’il y tenait par ses propres entrailles, elle constituait son gisement le plus accessible et le plus prometteur. On n’était pas prêtre de père en fils mais d’oncle à neveu.

De ce côté-là, j’ai été servi. Mon tonton Jean, le frère de maman, n’y est pas allé par quatre chemins.

« A mon futur évêque » disait la dédicace écrite de sa main au dos de la couverture du missel qu’il m’a offert pour ma première communion. Je n’avais pas 7 ans.

Tout en régnant sur la modeste cure de Saint André de Vezines, ce gros mangeur à l’obésité intimidante était chez lui chez nous. Prisonnier de guerre, évadé, il avait une voiture, plus d’argent que ses paroissiens et quelques relations. Il promit de payer ma pension si on me mettait au petit séminaire, ne le fit point et continua de me considérer comme son héritier si pas sa créature.

Maman avait deux ans de plus que lui mais il était déjà dans les ordres quand elle s’est mariée et son ascendant sur elle fut immense. Elle lui a donné le ventre indispensable à l’accomplissement de son impérieux désir de paternité. Plus sûr de lui, papa aurait peut être repoussé l’intrus vers sa sacristie ; il ne le fit pas.

Voilà comment je fus le fruit de mon oncle curé. Il a pu rester chaste et avoir un fils à sa ressemblance puisque né de sa sœur. Un inceste sacré.»

In « J'étais prêtre... » p. 67.